Historique


Successeur de la Maison Charavay

Les autographes… Une réserve infinie d’émotions… Et une passion aussi ancienne que l’écriture… Suétone au début du II siècle est ému aux larmes devant un billet original de Néron… Mazarin collectionne les lettres de Roi… Alexandre Dumas s’endette jusqu’au cou pour une signature de Molière… Stephan Zweig se voit offrir pour ses 12 ans une partition de Mozart… Bienvenue dans le monde des autographes.
C’est au 19ème siècle que ce gout des écritures se propage et se codifie… Première maison d’autographes à Lyon puis à Paris, la Maison Charavay… Dans les années 1830 cette prestigieuse famille publie de riches catalogues, elle organise les fameuses ventes Bovet, Fillon… Les clients s’appellent Nadar, Rodin, Hahn, Zweig… Anatole France est un de leurs bibliographes… On vend des lettres de Marie Antoinette, Luther, Charles Quint, ou Byron…




Michel Castaing reprend en 1945 la direction de la maison Charavay au 3 de la rue Furstenberg, à quelques mètres du musée Eugène Delacroix. Grand expert reconnu internationalement, ami de collectionneurs célèbres, de Sacha Guitry à Robert Schuman en passant par Jean Davray, Jacques Guérin, François Mitterrand, Alain Decaux, Henri Guillemin... Secondé par Geneviève Cusset et Maryse Castaing, il publie régulièrement des catalogues précis et rigoureux qui continuent la tradition de la Maison Charavay. Il dirige les plus belles ventes en France de la seconde moitié du XXe siècle il fait alors autorité sur le marché des autographes et documents historiques.

Michel Castaing (g) & Fréderic Castaing (d)
 


De la Maison Charavay à la Galerie Castaing

 
Son fils Frédéric successeur de la maison Charavay, s’installe au 30 de la rue Jacob dans les anciens locaux de sa grand-mère Madeleine Castaing. 
« Frédéric Castaing a trouvé mieux que la machine d’H.G. Wells pour explorer le temps : les documents autographes. Passionné d’histoire, il en a fait son métier. Et grâce à son œil exercé et à l’extraordinaire base documentaire de la maison Charavay, la plus ancienne maison d’autographes du monde (crée en 1830) dont il est l’héritier, il est devenu l’un des plus grands experts dans le domaine. Petit-fils de Madeleine Castaing, la célèbre décoratrice antiquaire et protectrice de Soutine, Frédéric a ouvert sa propre voie. D’abord professeur d’histoire, il décide en 1980 de partir aux Etats Unis afin de bâtir un catalogue d’auteur américains dont Faulkner et Hemingway » (L’œil n° 588 février 2007). Depuis juillet 2008, il est assisté de Céline Mary-Bertin.


Entrer dans le monde de l'autographe - le film



Visite virtuelle de la galerie


Agrandir le plan
 

Fréderic Castaing


Expert en autographes et documents historiques est amené à intervenir régulièrement dans différents colloques et anime des conférences sur les manuscrits.
Président de la Compagnie Nationale des Expert
Membre du Syndicat de la Librairie Ancienne et Moderne



 


 

 



Conférence du 17 janvier 2017 :
Autographes, le prix de l'encre, le prix du sang. 

 

La conférence est visible en suivant ce lien :
https://vimeo.com/biapal/conference-cne-frederic-castaing


    



Publications

La galerie Frédéric Castaing édite des catalogues d'autographes.



- Catalogue Cinéma




- Catalogue d’autographes




- Signatures (1998)
 
Un dictionnaire des écritures… le présent ouvrage recense quelques treize cents exemples d’écritures ou signatures des personnalités les plus marquantes de notre histoire, dans les domaines de la littérature, des arts en général, des sciences et des techniques, de la politique, de la musique, du cinéma... de Orson Welles à Jeanne d’Arc. 




- Rouge cendres (Roman - 2005)
 
Lors de la foire du livre ancien de New York, un libraire parisien spécialisé dans les autographes est sollicité par une milliardaire américaine. Le projet ? Constituer un monopole de la mémoire écrite. Le défi à relever? Rafler en France un maximum de manuscrits originaux sur le marché de l'art comme dans les collections publiques. De Jeanne d'Arc à Proust en passant par François Ier, Sade, Richelieu, Baudelaire, Racine ou Pasteur, l'Américaine veut tout. En même temps qu'il participe à une vaste entreprise de dilapidation du patrimoine écrit conservé dans les musées et les bibliothèques, le libraire traque les collectionneurs privés.